Shéhérazade et les nuits de Bagdad

Rasha Jameel et Ammar Abd El-Hadi ne sont pas des professionnels. Rasha est une architecte confirmée et Ammar est ingénieur dans la plus grande raffinerie d’Irak. Ils ont appris le français au Centre Culturel Français de Bagdad. En février 2010 ils assistent à la présentation des films Doku3 et décident d’acheter une caméra.

Ils arrivent à Sulaimaniyah avec les cassettes de leur tournage, parfois maladroit. Jour après jour ils se jettent à corps perdu dans le montage, ils retournent des scènes, convoquent Shéhézarade dans leur narration. Et font un film poétique et intéressant.

Voici, l’histoire de la rue Muthanabi, où, après 1991, les Bagdadis venaient mettre à l’encan leurs livres pour survivre à l’embargo.

Rasha Jameel and Ammar Abd El-Hadi are not professionals. Rasha is an architect and Ammar is engineer in the largest refinery in Iraq. They learned French at the French Cultural Centre in Baghdad. In February 2010 they attended the presentation of films Doku3 and decide to buy a camera.

Their rushes are week, but they learn, imagine and film new scenes. They invite Shehezarade in their story…

Here, the history of Muthanabie Street, where, after 1991, Baghdadi intellectueals came to sell their precious books, in order to survive embargo.

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s